Paul VALERY.

Lot 159
Aller au lot
Estimation :
500 - 600 EUR
Paul VALERY.
2 L.A. (minutes), [1905-1909], à Pierre Louÿs ; 2 pages et demie in-8. [Montivilliers 20 septembre 1905]. « J'ai reçu à bout portant tes deux projectiles de rupture coiffés », en réponse à deux lettres de Pierre Louÿs racontant une excursion dans la rade de Toulon, parmi les cuirassés. Il a « senti mes bordages s'effondrer, ma cuirasse perdant ses rivets devenir un tas de masses disjointes, mes cheminées comme des hauts-de-forme après une réunion mutualiste sincère. [...] Je t'envie surtout cette villégiature et ces excursions confidentielles dans les blockhaus et les elliptic turrets des Hommes-de- Guerre. Je ne savais pas que tu aimais ces choses »... - Mardi [20 avril 1909], il regrette d'avoir mal reçu son ami, mais il est dans un terrible état d'anxiété à cause de la maladie de sa femme : « Je suis à la limite. Dimanche soir, je me suis senti comme écrasé, fini avec cette sensation d'être distancé, dépassé à la course par les choses [...] Le vrai est que je suis d'une instabilité nerveuse insupportable. Et toute ma vie le montre, en souffre, etc. » On joint 2 L.A.S. : à Madame Georges Louis, [1918] (1 p. in-12, adr.) : « Biarritz me semble un meilleur séjour que Paris où les angoisses sont si grandes »... , - à André. Birabeau, Dimanche [septembre 1917] : il l'a proposé comme secrétaire à Pierre Louÿs...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue